Un Départ // Mono rp //

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un Départ // Mono rp //

Message  Arianna Balanchine le Dim 3 Fév - 20:23

Like a Star @ heaven J'ouvris un œil... Ma grand-mère se tenait là, devant moi. Elle était petite est mince. Kâto avait de longs cheveux gris qui lui tombaient en cascade sur ses épaules. Elle avait un visage rond et deux petits yeux verts d'eau pétillant d'intelligences. Elle avait un teint de rose, et sentait toujours bon. Elle avait beaucoup de goût en matière de vêtements. Elle aimait faire les boutiques pour trouver les derniers articles à la mode, et aimait s'habiller ainsi, ce qui choquait parfois quelques personnes plutôt vieux-jeu (Quoi ?! Une vielle mamie avec une jupe à frou-frou, des collants à la mode, un t-shirt noir et une veste blanche ?! )... Elle me sourit, du sourire dont seule moi et elle connaissons le secret. Je le lui rendis sans difficultés. Puis elle me fit une bise sur la joue, et me dit que mon déjeuner était presque prêt. Je la remercia, puis regarda mon réveil. Il affichait cinq heure trente. Je me levai après bien des efforts. Je n'étais pas du tout du matin. Je me dirigeai vers ma salle de bain, et n'en ressortie que dix minutes plus tard, beaucoup plus réveillée qu’auparavant. Vêtu seulement de mon peignoir, j'ouvris mon imposante armoire. C'était la dernière fois que je pourrais entendre le rassurant grincement que faisait les portes de mon armoire. Je soupirai. Quelle poisse de devoir partir d'ici ! J'observai un à un les vêtements qui s'offrait à moi. Après avoir choisie, je m'habillai puis allai me coiffer. Puis je revins devant la glace de l'armoire. J'avais une jupe noir agencé d'une imposante ceinture avec une tête de mort argenté. Mes collant étaient noirs, mais sur leurs côtés il y avait une liane de feuilles et de fleurs argentées. J'avais mis une sorte de chemise blanche qui s’arrêtait bien au dessus du nombril, et par dessus l'une de mes veste préférée : Une veste noire qui s'arrêtait au même niveau que la chemise, et qui avait des sortes de rubans noirs... J'avais attaché mon cache - œil tête de mort. J'étais assez contente du résultat ! Après avoir tournée plusieurs fois sur moi-même, je me retournai pour faire face à la fenêtre. J'ouvris les volets et ouvris la fenêtre, m'accoudant au bord pour sortir ma tête de l'encadrement de la-dite fenêtre. Mes mèches de cheveux s'envolèrent dans touts les sens. Au loin, je pouvais distinguer les montagnes, qui se confondaient aux soleil levant ( bien oui, il n'est que 5h40 )... Dans le jardin de Mamie Kâto, il y avait toutes sortes de plantes et d'arbres, si bien que souvent, ceux-ci regorgeaient d'oiseaux et d'insectes. J'écoutai un moment les oiseaux et leurs chants mélodieux, tout en fermant mon unique œil. je sortie ensuite de la chambre, un sac à dos coincé sur mon épaule. Je me dirigeai vers la cuisine, guidée par la bonne odeur des crêpes.

Like a Star @ heaven Mamie Kâto m'accueillit par un sourire, comme toujours. Je m'assit en face d'elle, et me servis en crêpe. J'en pris une et je la recouvris férocement de Nutella chocolat, que j'engouffrai ensuite dans ma bouche. Puis, j'en pris une deuxième. Je regardai ma montre : 6H10. Je me levai, et allai dans le couloir. J'y trouvai le placard à chaussures. J'en sortie mes bottes préférées, celle qui montent jusqu'aux genoux... puis je fis la bise à ma grand-mère. Je sortie de la maison, et quand je fus au bout de la rue, je me retournai. La maison était là, entourée du jardin dont moi et mamie nous occupions. Je la vis me faire signe à travers la fenêtre. Je fis de même, puis m'en aller. J'arrivai à la gare pile à l'heure. Je n'avais pas à être inquiété de rater le train, ils sont toujours en retard. J'attendis sur le bas côté, mon sac à la main, mes écouteurs dans les oreilles. Une vingtaines de minutes plus tard, le train arriva, et je m'y glissai. Je m'installai dans un coin où il n'y avait personne, côté vitre. Un peu plus tard, vers la troisième gare passées, un jeune homme s'installa à côté de moi. Je fis semblant de ne pas le voire, mais en réalité, je l'observai du coin de l' œil. Il était brun/roux. Lui aussi écoutait de la musique. Tant mieux, il n'essayerait pas d'engager la conversation. Beaucoup plus tard, ce fut enfin mon arrêt. Je descendis du train. Puis, je sortie sans encombre de la gare. Bon d'accord, "sans encombre " n'était pas forcément la bonne expression à choisir. "Plein d'ennuis " aurait été préférable. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis fait bousculer, ni le nombre de fois où les gens m'ont dévisagé... Mais bon, j'ai l'habitude après tout. Après bien des périples, je me retrouvai devant une grille imposante, où l'inscription indiquait qu'il s'agissait de l'Académie Seiko. Après avoir soupiré un bon coup, j'y entrai. La cour était immense... Mais pas aussi grande que le bâtiment qui se trouvait derrière.

Like a Star @ heaven Je traversai la cour à grand pas. Où est-ce qu'il fallait que j'aille à présent ? Il était 7h25... Et voilà, à force de vouloir arriver à l'heure, j'étais en avance... Je regardai autour de moi, à la recherche de quelque part où m'installer. Un banc se trouvait à quelques mètres de moi. Je m'y installai. Je regardai le ciel. Il y avait quelques nuages et beaucoup de vents, mais le soleil était là. Sortant de mes rêveries, je pris mon sac et en sorti un livre que m'avait acheté ma grand-mère. Je sortie de ma poche les écouteurs et allumer mon Ipod. J'ouvris mon livre à la page 1, et entamai la lecture d’Âme Vagabonde. Ça allait bien faire la quatrième fois au moins que je le lisais, mais j'avais toujours l'impression de le lire pour la première fois. Bercé par ma musique et ma lecture, je ne vis pas le temps passé...
avatar
Arianna Balanchine

Messages : 39
Date d'inscription : 05/01/2013
Age : 18

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum