Au secours, je suis en retard ! [PV Kâna L. Poliakov]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au secours, je suis en retard ! [PV Kâna L. Poliakov]

Message  Yui Tsubaki le Ven 24 Aoû - 16:04

Mince, l'entrainement va bientôt commencer et je n'ai même pas encore mes affaires ! Je cours aussi vite que je peux vers les dortoirs. Dès que j'arrive, je réunis mes affaires, les ranges vite dans mon sac et m'en vais en courant. Le cours commence dans cinq minute. J'étais à mis chemin quand...

Mon goûter !!!

Je l'avais hurlée tellement fort que tout les oiseau qui était au alentours se sont envolés. Je fis demi tour et me mis à courir au moins dix fois plus vite qu'avant. Arrivée au dortoirs, je me mis à chercher quoi emmener. Je finis par prendre un énorme paquet de bonbon, dix tablettes de chocolat, un paquet de cookie et une dizaine de cup-cakes. Je regarde ma montre et je voix que l'entrainement a commencer depuis une minute. Je sortis en courant pour ne pas être trop en retard, je le suis déjà. Je m'arête devant la porte du gymnase et entre essoufflée, je n'aurais pas dus parler aussi longtemps, maintenant je suis en retard, et pour le premier cours en plus. C'est pas juste. Tout le monde s'est arrêtés.

Euuuuh... Salut, désolée pour le retard...

Je vis une jeune fille qui avait l'aire d'être le chef du groupe. Elle n'avait pas l'aire contente. Comme je ne savais pas trop quoi faire, je décidais d'aller vers elle. Elle était grande, je devais lever la tête pour pouvoir voir sa tête.

Euuuh, tu veux un bonbon ?
avatar
Yui Tsubaki

Messages : 46
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 18
Localisation : A ta table, un goûter à la main !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au secours, je suis en retard ! [PV Kâna L. Poliakov]

Message  Kâna L. Poliakov le Mer 29 Aoû - 16:08

Au secours, je suis en retard !



Feat &


~~
Vous connaissez cette expression qui dit : "doucement le matin, pas trop vite le soir" ? Une bonne vieille expression des gens du sud, ces bons vieux de la Méditerranée qui passent la plus part de leur temps à se dorer la pilule gaîment tout en faisant des barbecues dès que le temps est clément. Sans oublier la sieste, évidemment. Mais moi je n'ai pas vécu dans cette état d'esprit, ni grandit avec le beau temps le soleil et tous le tralala. Dans mon pays à moi, la Russie, il neige sans arrêt. J'ai appris à travailler, aussi bien pour rapporter un peu d'argent pour nourrir mon compte d'épargne et aussi bien pour entretenir les médicaments dont mon père avait besoin régulièrement. Là-bas on ne peut jamais donner son avis, ou l'on risque facilement de prendre une petite année en prison pour "apprendre à penser normalement" soit, penser comme le gouvernement veut que tu penses. Les moules-frittes sont remplacé par des plats savoyards avec le plus de fromage chaud possible afin qu'il vous réchauffe sans vous coûter grand chose. Et les petits verres de Frontignan que les gens du Sud de la France on l'habitude de boire un peu à longueur de journée... Sont remplacés par des cruches et des cruches de vodka qui vous réchauffe et vous parfumant à de l'alcool avant de repartir travailler... La Russie, ma Russie, est un pays rude et froide qui vous imprègne de neige jusqu'au cou même en été. Mais j'aime mon pays, et c'est ainsi. Car on se comprend chacun des habitants. On a toujours beaucoup de caractère, bien que pas vraiment du bon, mais on se comprend. Et ça c'est essentiel. Car on connait vite tous sont quartiers et le jour d'après se retrouve tous ensemble au bar le plus proche pour fêter tout ou aussi bien rien, nos plaisirs et nos peines, tant qu'on est tous ensemble...


Je me réveille sur mon lit aux draps jaunes comme chaque matin. Mes yeux encore mis-clos me tirent par le coup de la fatigue. Je manque de sommeil... Je m'étire tranquillement avec vivacité. Les cheveux sur les yeux, je les écartes jusqu'à mes oreilles. Un coup d'oeil à mon réveil-matin et je vois que j'ai encore un peu de temps. Je tire les rideaux toujours aussi jaune pâle que les draps de mon lit et observe le temps. Un temps avec du soleil qui me tire les lèvres en formant un sourire. Les jours sont chauds aujourd'hui et je peux aller à pied au travail sans risquer des averses malencontreuses qui pourrait abîmer mes affaires. Simplement vêtu d'une petite chemise et d'un short en guise de pyjama, je passe à la salle de bain d'un pas énergique et réveillée. Je me sens simplement bien en ce moment, et je crois que c'est du à la rencontre avec Karin, ma première amie dans cette académie. Je fredonne toujours la même chanson avec un semblant de superficialité en sachant qu'on ne devrait pas être joyeux à la chanter. Je dérive sur Chanson de fille de Little, chanteuse peu connu mais qui sait toujours écrire des paroles très censés(click !). Seul chose qui est risible c'est que je ne suis pas comme elle décrit la chanson, je suis plutôt le genre qu'elle n'est pas. Quand je chantais ces paroles ci-conte :"Et en plus d'être jolie, ces pétasses ont de la classe"; on peut dire que c'est tout à fait moi... D'un pas trépignant, je passe et file dans la salle de bain. J'épile rapidement et soigneusement mes sourcils et brosse mes cheveux qui plutôt raide, semble bien vouloir se démêlaient avec douceur. Je soulève les mèches sur mon front pour les remettre en arrière en les accrochant avec une barrette en forme de croix grise. Pour une première, je mis laissa mes cheveux descendre en cascade douce dans mon dos, sans attache, juste détaché. Ils m'arrivaient juste au dessus des cheveux, bien que les plus grandes pointes atteignent sans difficultés mes genoux. On aurait cru qu'ils reflétaient la mer...

Une petite noisette de crème parfumé à la fleur d'oranger sur ma peau et mon visage puis je me parfuma de façon automatique, comme j'avais l'habitude en somme, avec mon parfum favori à la fleur de manoï, aux coquillages et au pamplemousse rose. Jusqu'ici c'était comme d'habitude. Je mis la machine à café en marche, en choisissant bien serré afin de me tenir bien réveillé pensant mes heures de boulot. Je craquais pour un petit sandwich au thon. J'effilais une robe-bustier rose-rouge (oui, c'est bien la couleur de ton feutre (^0^) !) en me couvrant d'un petit gilet cache-coeur et d'une ceinture blanche. Je croquais sans faire de manière dans mon sandwich et mangeant plutôt goulûment et en buvant des gorgées de café dès la première bouché avalé et je finis par tout mettre dans le levier en sachant qu'il faudrait que je lave ça ce soir... Je soupirais puis regardais ma montre à mon poignée droit quand... HORREUR ! J'étais vachement en retard. J’enfilais la première paire de chaussures (la paire de chaussures en question) que je voyais en attrapant mes affaires d'entraînement de pompom girl . Dans mes Ax Paris, sûrement l'une de mes marques de chaussures préférés, j'étais à l'aise bien que les talons soit hauts (15 centimètres quand même !). La matières de mes bottes épousaient avec perfection mes pieds. Je courais à vive jambes dans les escaliers puis je vis rapidement au boulot...


Ainsi ma matinée fut pressée à son comble, toujours à courir à droite ou à gauche, entre distribuer des journaux, faire la caissière ou encore ne pas arrivée en retard en cours ! Toujours avec un "clac clac" à cause de bottes dans les couloirs de l'académie j'arrivais. Les cours semblèrent ennuyants bien que je pris toutes les notes et toutes les annectdotes que le prof me donnait. Oui je suis une bonne élève, première de la classe que voulait vous. c'est une condition, être première, pour que je garde ma bourse et que je puisse étudier ici. La fin des cours sonna, l'entraînement avancé. Je n'avais pas mangé le midi débordé par un cours entre midi et deux que le prof voulait rattrapé. Je couru encore et encore pour aller chiper quelques choses dans le réfectoire. J'arriva à entrer en souriant et usant de mes charmes envers le délégué qui s'occupait de fermer la cantine. Je pris un peu de brioche et des gâteaux secs, les trucs qui pouvaient me tenir le plus au ventre. J'entendis su bruit dans le couloir. Humant l'odeur, ça sentait fortement les gâteaux... D'un seul coup, comme ça, sans crier gare, quelque chose de rose et vêtu d'une robe courte à la jupe d'écolière et aux manches en dentelle passa d'un coup si vite que je ne distingué pas le visage. Ma brioche en bouche, je la retira pour rigoler un bon coup. Le fait est que la chose rose d'origine non déterminé courait dans le sens du gymnase. Intéressant. A grandes enjambés, je m'introduis dans mon territoire enfin le gymnase quoi ! La petite fille rose était là qui regardait d'un air terrifié Lude. Lude c'était en quelque sorte mon bras droit et elle prenait son rôle très au sérieux et je découvris qu'elle prenait un malin plaisir à terrifiée les petites nouvelles. Je parcouru des yeux la salle et dans un coup d'ombre pu apercevoir Ciel, qui se cachait du soleil et qui s'échauffer toute seule. J'étais contente qu'elle eut accepté de mettre l'uniforme de cheerleaders bien que le sien soit noir avec des manches plus longues que les autres. Puis mon attention revint à la petite qui proposait un bonbon à Lude... Je posais mes affaires à mes pieds, retirant mon gilet. Je me rapprocha d'elle et Lude se décala rapidement, je la remercia d'un hochement de tête. Je m'adressa à tout le monde d'abords.


"Bonjour à toutes ! Aujourd'hui nous allons étudiés une nouvelle chorégraphie qui sera pour les match de basket ! Soît je règle des petits détails mais commencez à vous échauffez sans moi"


Je fouilla dans mon sac et y sortit un petit survêtement turquoise avec des rayures d'une teinte plus foncé et un petit top à bretelle très simple, blanc avec un cœur rose dans le dos. Je tendis à la nouvelle pendant que je pris mon uniforme (jupe+haut qui s'arrête un peu avant le nombril) couleur pêche (couleur de l'académie).


"Bonjour moi c'est la chef des pompoms-girl, Kâna. Voici pour toi un change car avec toute cette dentelle ça risque de ne pas être très pratique. Dis moi ton nom, ton prénom, ton âge, ta classe, et tes motivations ! Après on ira se changer et on verra un peu se que tu sais faire !"


Je fis un bilan de mes paroles, non c'était clair net et précis. Je la regarda d'une façon pressé et pas très sympathique d'ailleurs. Non mais on était en retard, qu'elle se dépêche !

~~
avatar
Kâna L. Poliakov
ღ Broken Doll ღ

Messages : 95
Date d'inscription : 27/10/2011
Localisation : Russie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au secours, je suis en retard ! [PV Kâna L. Poliakov]

Message  Yui Tsubaki le Sam 23 Mar - 17:15

Avant la réponse, une fille entra dans la pièce, elle aussi elle était grande. Mais il n'y a que des grandes ? Je me sans toute petite d'un coup. Je me sentais déjà petite avant mais là... Pourquoi je je fais la taille d'une sixième ??? Je suis en seconde. C'est pas juste. Bon, on se calme, je suis en retard, pas besoin de m'énerver comme ça et d'atirer plus l'attention sur moi. Elle avait de longs cheveux bleu. Ils étaient attaché en deux queues hautes. Elle arriva à grand pas et dit qu'on allait apprendre une chorégraphie pour les matchs de basket. Normalement c'est à la chef des pompom girls de dire ce qu'on va faire non ? A moins que... A ok, ça doit être elle la dirigeante du groupe. Elle s’approcha de moi et me dit :

Bonjour moi c'est la chef des pompoms-girl, Kâna. Voici pour toi un change car avec toute cette dentelle ça risque de ne pas être très pratique. Dis moi ton nom, ton prénom, ton âge, ta classe, et tes motivations ! Après on ira se changer et on verra un peu se que tu sais faire !

Donc j'avais deviné, je répondis à ses questions le mieux possible, déjà que j'étais arrivé en retard. Je vis aussi qu'elle me tendais un survêtement. Mais j'en ai pas besoin, je ne suis pas bête j'ai emmené de quoi me changer.

Euh... J'ai pris de quoi me changer, sinon, je m'appelle Yui, Yui Tsubaki !!! J'ai quinze ans, je suis en seconde. J'aime encourager les autres et j'adore danser, faire des acrobaties, et pompom girls ça regroupe tout ça...

Je pense avoir tout dis, et j'espère avoir été persuasive pour les motivations. Mais je pense que dans l'ensemble c'est passable. Elle à l'aire assez sympa, mais un peu pressé. J'hésite à lui proposer un bonbon, elle risque de penser que je suis trop distraite et je suis pas sur qu'on est le temps. Après quelque secondes de réflexion, je me dis que je devrais attendre la fin de l'entrainement pour le lui proposer. J'attendais avec appréhension sa réaction pour mes motivations. J'ai peut-être été un peu trop enthousiaste, ou pas assez, je sais pas...
avatar
Yui Tsubaki

Messages : 46
Date d'inscription : 31/03/2012
Age : 18
Localisation : A ta table, un goûter à la main !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Au secours, je suis en retard ! [PV Kâna L. Poliakov]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum