Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Mizuki Asano le Mar 1 Mai - 15:34

Les différences s'attirent et semblent s'apprécier




Rares sont les fois où on arrive à tirer du lit Mizuki. Et bien ce samedi, en était une... Depuis la veille, l'excitation battait son plein. On dit souvent qu'il ne faut pas dire oui à un inconnu pour pouvoir se rencontrer. Et bien cette fois-ci, allons casser le mythe de cette petite fille qui se fait enlever ! Non Mizuki n'est plus une enfant, et puis c'est une fille dont elle a affaire. Une très jolie voix... Elle n'avait parler qu'une bonne dizaine de minutes, mais c'en était plutôt risible... Et puis une rencontre, c'est un moyen de pouvoir créer des liens. Et Mizuki est très ouverte de ce côté-là. S'ouvrir aux autres, c'est un moyen de s'ouvrir au monde. Ca enferme la petitesse d'esprit, et on devient ouvert et à l'écoute. Tout ça, Mizuki n'a jamais semblé très fermé d'esprit. En fait, elle a tout fait pour ne pas être comme ses parents, qui eux étaient d'un racisme, imprononçable... Elle avait donné rendez-vous à la jeune fille dans un lieu qu'elle connaissait bien : le cirque. Que dire, si elle ne connaissait bien, elle connaissait très bien cette endroit ! Mizuki était et est toujours, une très grande artiste dans le monde du spectacle. Tout le monde la connaissait ! Où qu'elle allait, sa légende de grande trapéziste la poursuivait... Équilibriste de talent, dans la vie quotidienne, elle n'était pas vantarde. Mais quand il s'agissait du cirque... La modestie ne l'étouffe pas comme on dit ! Mizuki est très sociale. Elle est même TROP sociable, je m'explique. Elle sympathise avec tout le monde, même avec des gens qui ne sont pas très recommandables de fréquenter... Il lui arrive d'être déçu ou lâchement abandonné, mais elle sait qu'il existe des gens bien et que notre petite tornade peut se tournait... C'est comme ça être Mizuki, on l'est ou on ne l'est pas ! Un peu comme le principe de la fenêtre : si tu l'ouvres, elle n'est plus fermée... Evidence mon ami, E-VI-DENCE !


Et voilà, qu'à l'aube la petite cendrillon boule d'énergie, était déjà éveillée. Elle était issu de la haute société et savait qu'il ne fallait pas négligé sa tenue. Mais la haute société, se fera attendre, Mizuki mets une touche de fantaisie ! Mizuki a l'habitude de confectionner elle-même ses vêtements, elle est bonne couturière. Une bonne moitié de sa garde robe est faîte par ses petites mains de fée... Encore aujourd'hui, elle avait voulu se faire des vêtements spéciaux pour l'occasion d'une rencontre... Comme elles allaient aller au cirque, il fallait évidemment une tenue souple. Mais Mizuki avait une très grande envie de jupe ! Bon bref, elle mettra un short noir et voilà. elle se confectionna une jupe rose, oui bien rose mais assez pâle. Mizuki voulait du rose, son grand-père disait toujours qu'une fille doit porter un peu de rose chaque jour pour qu'elle devienne une fille accomplie ! Avec un t-shirt inspiré de la célèbre chanteuse IA, elle finit par se faire des collants. Mais en manque de tissu, elle finit par un faire une lui arrivant en dessous de la cuisse et une en dessous du genoux... Bon c'était agréable à regarder, mais bien trop étrange ! Alors, Mizuki accrocha son anneau de jambe, à la limite de la plus grande chaussette. Elle s'attacha les cheveux en petite nattes mais Mizuki était tellement maladroit, qu'une bonne partie de ses cheveux partie sur l'arrière, laissant seulement deux petites nattes sur le devant de ses épaules... Toute contente d'avoir plutôt bien réussie sa tenue, elle se laissa sommelier deux heures...


Elle se leva doucement quand même parce qu'elle n'avait pas dormi depuis un bon moment. Mizuki en ce moment était en période d'examens, et ce n'est pas une bileuse du dimanche ! Elle avait beaucoup stressé, et cette sortie était dans le but de la détendre un minimum. Croisant ses bras derrière sa nuque, Mizuki pencha sa tête en arrière et se fit un petit massage de nuque... Toute la nuit pencher sur sa machine à coudre, c'est affreux pour les maux de cou ! Elle se tena prête sautant dans les escaliers, en manquant de se rater contre quelqu'un. Tranquille dans les escaliers, elle les descendait en chantant. pas vraiment à l'aise devant les gens, seule elle n'avait pas peur de chantait toutes ces trippes. Puis arrivé à la cuisine, elle prit un milkshake à la mûre et un bretzel. Mizuki attrapa un grain de raisin, le lança en piquet et le rattrapa dans sa bouche... Impressionnant, hein ? Elle avait mis trois mois à le faire, laissant tomber un nombre innombrable de grain de raisin par terre... Toute contente d'avoir réussi Mizuki sautilla jusqu'à l'arrêt de bus... Tout le monde la regarder, estomaquer de sa tenue. Un mélange d'admiration et de choc. C'est vrai que c'était un style de tee-shirt très novateur (tee-shirt de IA/Vocaloid) pas de quoi en faire un plat. Mizuki leur souri, et son sourire fut rendu. C'était pratiquement ça à chaque fois qu'elle sortait, elle apportait une certaine admiration et en même temps un choc. C'est l'effet Mizuki Asano.Puis elle grippa dans le bus. Elle n'était jamais monté dans un bus à étage unique. Et elle comprit à quel point c'était plus pratique ! C'était beaucoup plus stable que les bus londoniens. bien plus stable et les chauffeurs étaient beaucoup plus prudents aussi ! Le volant était bizarrement mis, même pas à droite ! C'était très bizarre la conduite japonaise !


Elle arriva au lieu de rendez-vous avec une dizaine de minute en avance. C'était un bon grand chapiteau, avec une espèce de sensation de déjà vu... Oui, à Montréal ! Mizuki reconnut un clown qui sortait. Il ronchonnait... C'était un ancien collaborateur. Avec vivacité elle sauta sur son dos et ils discutèrent cinq minutes. Alors comme ça, ça ne tournait pas vraiment les affaires, un lion avait même disparut ! N'empêche... Les temps sont bien durs. De sa voix la plus innocente, elle demanda au patron si elle pouvait faire entrer une amie pour l’initier un peu. Avec plaisir il accepta, puis remis en place son nez rouge avant de partir retrouver sa troupe. Mizuki fit de grands gestes d’au revoir et s'adossa contre le chapiteau. Puis, elle attendit la jeune fille... Elle se demandait bien à quoi elle pouvait ressembler, cette inconnue !

_________________
Et toi, Invité, veux-tu jouer avec moi ?
Mizuki, c'est la plus délurée des admins =D !


avatar
Mizuki Asano
J'aime faire du cirque et faire le cirque !

Messages : 242
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 17
Localisation : En boule dans son lit, en train de baver sur son oreiller

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Kiyumi Tsukimura le Sam 12 Mai - 19:17



❁ ~
Les différences s'attirent et semblent s'apprécier


&
    ♦____
    « Le cirque, c’est un rond de paradis dans un monde dur et dément. »
    [Annie Fratellini]
    ____♦
Mizuki Asano
~ Kiyumi Tsukimura

~ ❁




__Comme à son habitude, la jeune Kiyumi s’était réveillée tôt, en même temps que le soleil. Celui-ci eut d’ailleurs plus de mal à sortir de sa léthargie que la demoiselle… Elle ouvrit ses yeux semblables à des améthystes bleutées puis la fenêtre de sa chambre. L’air un peu humide de la nuit expirante chatouilla son visage. Kiyumi respira un bon coup et sourit. Comme l’académie Seiko était paisible et belle aux aurores ! Les premiers babillements d’oiseaux coloraient un peu l’atmosphère auditive encore quelque peu endormie. La jeune fille resta un moment ainsi, au bord de sa fenêtre, à contempler l’environnement ouvrir les yeux… Puis elle tourna la tête et les talons. Il était temps d’aller s’apprêter pour les cours. Mais bon il était à peine 5h du matin, elle avait le temps ! Cela tombait très bien puisque la jeune fille n’était pas très rapide pour se préparer le matin ! Elle alla à la salle de bain et prit une douche longue et bien chaude. Elle adorait ça. C’est amusant de voir à quel point la jeune fille aimait l’eau, comme si elle avait besoin de se purifier de tout ce qu’elle était… Si cela ne dépendait que d’elle Kiyumi passerait bien toute sa vie sous la douche ! Mais puisque ce n’est pas le cas, elle fut bien forcée de quitter sa douche bien aimée. Elle enfila en vitesse un bustier blanc, un collant en dentelle fleuri de la même couleur et un short marron. Elle fit sa petite routine quotidienne : un layering, un brossage de dents obligatoire et un coup de baume à lèvres à la cerise. Elle fut contrainte à passer un certain temps à démêler sa crinière folle (ses cheveux étaient toujours difficiles à démêler après qu’elles se soit un balayage, dans le cas présent, elle était revenue aux mèches blondes) puis elle plaça une petite barrette sur le côté droit de sa chevelure, pour enlever quelques mèches de sa frange qui la gênait, puis enfila un serre-tête qu’elle avait elle-même customisé en y montant les rouages mécaniques d’une montre qui avait rendu l’âme et de perles aux couleurs si acidulées que l’on eut cru qu’elles fussent des confiseries. Elle prit l’initiative de porter en collier des lunettes de type steampunk, ainsi qu’un collier long qu’elle avait réalisé avec les mêmes perles que celles du serre-tête. Elle attacha à son poignet une montre et un élastique, au cas où elle en aurait l’utilité. Kiyumi repassa dans sa chambre. Elle sortit de sa sacoche son agenda : samedi, cirque, 10h26. La top model tiqua. Comment peut-on passer d’une erreur de numéro à un rendez-vous… Au cirque ! Pour une raison qui lui échappait encore, elle avait accepté. Elle n’arriva pas à comprendre pourquoi mais elle avait plutôt hâte d’y être. Pourtant il y avait plus de quoi avoir peur. Mais non. La belle se sentait impatiente de faire une nouvelle rencontre en un lieu assez incongru. Elle enfila des bottines de cuir marron et sortit de sa petite chambre.

Elle passa au foyer, mangea deux kiwis et deux tartines beurre-sucre-cannelle et but un cappuccino. Après quoi elle s’en alla pour le centre-ville. Casquette sur la tête et lunettes de soleil sur le nez, elle réussit, une fois n’est pas coutume, à passer inaperçue. Elle passa de rues en rues avec la furtivité d’une ombre. Elle commençait à maîtriser certaines règles de dissimulation et s’en félicitait assez. Entrer dans une école aussi réputée et peuplée que l’académie Seiko lui avait permis de développer cette capacité. Après tout, se faufiler parmi la foule sans éveiller des soupçons quant à son identité faisait à présent partie de son lot quotidien. Mais soyons honnêtes, elle était encore loin d’être excellente ! Elle s’était faite pincée tout de même pas mal de fois…


__Elle arriva sur une grande place qu’elle n’avait encore jamais vue... Elle chercha une pancarte pour savoir où elle se trouvait. Il s’avéra qu’elle s’était totalement trompée de direction et que le chapiteau se trouvait à l’extrême opposé du chemin qu’elle avait emprunté en partant de l’académie. Elle regarda à sa montre, l’heure que les aiguilles pointaient était 9h. La jeune fille avait mis près d’une heure pour arriver jusqu’à là et on lui déclarait qu’elle devait retour à la case départ pour en prendre un autre ! Un peu paniquée elle se mit à détaler, n’économisant pas du tout son souffle, très mauvais plan pour une asthmatique ! Elle eut cru mourir à moitié lorsqu’elle arriva au portail de son école. Il ne lui restait rien que quelque 1500 mètres à parcourir et quelques pas en plus.Renonçant à son envie d’entretenir sa forme physique, la demoiselle céda à la flemmardise et prit le bus. Choix qu’elle justifia pour elle-même comme un acte manqué, une minute d’égarement, un « réflexe » pour être à l’heure. Oh et puis la faute n’était pas aussi grave qu’elle n’y paraissait sur le moment, elle le savait bien, alors il était hors de question qu’elle culpabilise pour une telle futilité ! Le trajet fut parsemé de courbes sinusoïdales, d’arrêts et de circulation humaine. On se saluait plus se bousculait, marchait sur les pieds de ses voisins… Le besoin d’espace vital de Kiyumi fut mis à rude épreuve. De plus, son choix vestimentaire ne fut pas son meilleur atout, tout le monde la regardait, étonné ou admiratif de la coordination originale de ses vêtements. C’était dans ces moments-là que Kiyumi regrettait sans doute le plus les transports en commun : quand une personne est moins « commune » que les autres, elle devient objet de curiosité, un objet de collection ou encore une bête de foire qui provoque tout un cirque autour d’elle, même si elle ne le souhaite pas. Heureusement pour elle, la place du vrai n’était plus qu’à quelques arrêts. Elle tient bon (il le fallait bien !) puis une fois arrivée elle sauta de l’autobus avec énergie.


__Elle n’eut cette fois aucune chance de manquer la tente du chapiteau. Le pavillon « classique » rayé rouge et jaune, grand, une allure fabuleuse. La jeune artiste resta immobile quelques instants. C’était la première fois qu’elle en voyait un et elle était ravie de voir qu’il corresponde autant à l’idée qu’elle se faisait de cette endroit de divertissement collectif et familiale. Y aurait-il des cracheurs de feu ? Des animaux ? Des jongleurs ? Verrait-elle une représentation ? Quoiqu’il était tôt, non, peut-être plus une répétition… Mais pourquoi pas ! Peut-être pourrait-elle se rendre utile, on la laisserait peut-être essayer quelque chose… L’imagination et l’excitation de la jeune fille était à son comble. C’était pratiquement comme si elle retombait dans une enfance heureuse et innocente qu’elle n’avait vécu que très peu de temps. Elle s’avança. Elle entrevit une troupe d’hommes dont les visages étaient totalement grimés. Ils avaient de gros nez rouges, des traits sous les yeux, un chapeau qui bouge, un air malicieux, de grandes savates et de grands pantalons. L’un d’eux me vient et se mit à sauter très haut, tellement qu’il aurait pu atteindre le plafond si celui-ci n’avait pas été si élevé. Plus il trottina vers elle d’un drôle d’air et d’une voix qui semblait tout à fait bizarre et ridicule dans les oreilles de Kiyumi, il lui demanda :



« Héhéhé mais qu’est-ce que tu viens faire là ma grande ? »

« Euh, et bien j’ai rendez-vous ici avec… euh… »

Avec qui au fait ? Comment Kiyumi avait-elle pu oublier ce détail ? Et maintenant qu’elle était ici, qu’était-elle censée faire pour retrouver la fille qui lui avait donné rendez-vous ici ?
avatar
Kiyumi Tsukimura
Admin

Messages : 425
Date d'inscription : 10/09/2011
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://academieseiko.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Mizuki Asano le Lun 28 Mai - 13:14

Comprendre la motivation de ses actes est toujours plutôt difficile quand on n'a pas réfléchit à ce qu'on faisait. Dans ce cas présent, Mizuki ne savait pas quoi faire ni quoi comprendre ? Pourquoi avoir donné rendez-vous à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas ?! Dans un endroit qu'elle connaissait... Est-ce sa conscience ? La jeune fille avait toujours été dans une éducation sans rature ni bêtise, était-ce pour ça qui la poussait à commettre une imprudence. Rencontrer une inconnue sans nom sans description, c'était tellement invraisemblable. Même pour Mizuki ! Quand au cirque elle s'était jurée d'y retourner seule, pour affronter les fantômes de son passé seule... Double erreur ; ça sonnait faux aux oreilles de la jeune fille... Que faisait-elle ?! Tout ça fut penser en cinq secondes. Cinq secondes passer à fermer les yeux pour se vider la tête. Quand au résultat ?! Une tête rempli de souvenirs douloureux et déceptions...


Mizuki passa sa main dans ses cheveux pour se calmer un peu. Si il fallait faire cette "bétise" faisons là jusqu'au bout. Finissons le travail avant de s'enfuir... Que pouvait-elle faire pour se faire remarquer. Beaucoup de choses il est vrai, mais laquelle serait la meilleure ? Réfléchissant, elle s'adossa à la toile. Puis elle se retourna pour contempler pleinement le chapiteau... Un modèle classique, sans fantaisie. Avec des rayures blanches et rouges... Plus que banal... Mais la grandeur égalait à peu prêt celle du chapiteau de sa troupe : Playground-Circus. Littéralement, le cirque de la cour de récréation. C'était une bonne blague avec la troupe, le fait de s'appeler les sales gosses de la cour de récré'. Car toutes ses personnes étaient une majorité de mauvaises élèves, non qu'elles étaient nuisibles à l'école mais elles ne dépassaient jamais le 11 et demi... Un grand miracle, avec toutes les absences de Mizuki, qu'elle n'est pas redoublée. D'une vague de nostalgie elle se remémora leur petite hymne...


Pour des raisons de manque de temps, je ne l'écrirais pas. Je ne suis pas quand la tête de Mizuki alors je ne l'entends et ne la connait pas... Tout ce qui compte au final, c'est le sourire qui apparut sur le visage de Mizuki. Elle avait passé tellement de temps à ce dire qu'elle avait fuit ses problèmes en rejoignant la troupe. A vrai dire, elle était heureuse. C'était une partie de son adolescence qui avait été construite grâce au cirque. Milles remerciements ne serviraient à rien. Dix milles non plus mais peut-être qu'un million passerait ? C'est idiot mais c'est du Mizuki tout cracher. C'est mignon d'une part et sa lui fait du bien. Elle ne pourrait pas aider les gens si elle n'était pas un minimum bien, elle-même.


A sa mine joyeuse son idée devait lui paraître géniale. Par que oui, la modestie n'est pas un bagage encombrant chez la jeune fille ! Si vous saviez ! Elle est plutôt du genre à avoir des chevilles gonflées. La jeune fille du pas lent, se dirigea vers un arbre. Grand et imposant, d'une couleur châtaigne, il était imposant. Imaginez-vous un petit singe. Tient chantons le !


"Un petit singe qui se croyait malin,
Un beau jour se retrouva au cirque,
Il avait invitait quelqu'un pour ses singeries,
D'une façon absurde par erreur téléphonique,
Notre petit singe au lieu de rendez vous,
Grimpa à un arbre puis se percha comme je ne sais pas quoi,
A plusieurs reprises il faillit tomber,
Et a chaque fois il se prit d'un fou rire,
Mais d'un coup le ptit singe eut une idée,
Une petite ampoule s'est allumée,
De sa hauteur il pouvait faire des échos,
Donc il redit toutes les phrases de la conversation,
Qu'il avait échangé avec cette étranger,
Pour qu'il puisse entendre et le démasquer."

_________________
Et toi, Invité, veux-tu jouer avec moi ?
Mizuki, c'est la plus délurée des admins =D !


avatar
Mizuki Asano
J'aime faire du cirque et faire le cirque !

Messages : 242
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 17
Localisation : En boule dans son lit, en train de baver sur son oreiller

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Kiyumi Tsukimura le Lun 6 Aoû - 18:07



~
~




__Le maquillage gras du clown accentuait un sourire tout aussi suspect que la réplique qu’il venait de sortir. Inquiétée, Kiyumi eut pour réflexe de lui donner un coup de pied au tibia avant de tourner les talons d’un pas rapide. Pas très rassurant comme lieu de rencontre ! Elle aperçut de loin un homme ayant pour moyen de locomotion des pédales aménagées sur une roue et un autre trainant en laisse un tigre… Elle ne savait pas trop où donner de la tête. Tout était si curieux sur cette place… Ce qui était normal pour les artistes du cirque ne l’était assurément pas pour elle, cela la perturbait. Sur quel énergumène allait-elle encore tombée ? C’est alors que du haut d’une branche, une jeune fille se mit à débiter une série de répliques qui paraissaient assez familières… Quand elles se terminèrent par un rendez-vous au cirque un samedi matin à 10h, il n’y eut plus aucun doute possible. C’était cette jeune fille dont la chevelure se confondait avec le feuillage de l’arbre que Kiyumi avait appelée par erreur. Bien qu’elle fût assez tentée par la perspective de la rejoindre, la jeune artiste ne grimpa pas. Elle se demeura silencieuse un moment et n'annonça point son arrivée. Elle était un peu tendue et imaginait malgré elle des scénarios où la jeune acrobate aux cheveux verts serait de mèches avec le clown pervers pour la kidnapper ou lui faire du mal. Tendance paranoïaque assurément, mais toutefois assez naturelle pour une jeune fille recevant régulièrement des lettres aux contenus troublants. Elle finit néanmoins par adopter une attitude sceptique par rapport à toutes ces fables... Cela ne signifiait pas qu'elle était entièrement rassurée pour autant. Elle s'avança de nouveau et s'adossa contre le tronc de l'arbre. Kiyumi réfléchit un instant à la façon par laquelle elle pourrait se faire reconnaître à son tour. La belle opta pour la solution de l'imitation ; elle se redressa bien comme il faut et commença à énoncer ces mots comme s'il eût s'agit d'une récitation de poème en prose :


"Par deux fois je fis faux-bond à une de mes connaissances,
Il arriva qu'elle se nomma du nom d'Ayamé Soma.
Pour la première je me rattrapai,
Me promenant avec elle dans un marché
Après l'avoir rencontrée par l'intervention d'un petit chat noir.
Je pourrais préciser d'avantage les circonstances de la rencontre,



(Mais ces détails n'ayant pas la moindre importance quant à la suite de mon récit,
je m'en garderais bien.)


La promenade dura quelque peu,
L'une d'entre elles manqua de payer très cher pour une histoire de pot cassé.
Elle fut secouru in extremis par la seconde.
La première proposa quelques rafraîchissements à la seconde
Dans un lieu pouvant être malfamé.
La seconde refusa et prit pour ainsi dire la poudre d'escampette
Tout en promettant à celle resta encore une fois en arrière de la rappeler,
Quittes à faire le tour de l'annuaire.

C'est ainsi que je fis un mauvais numéro,
Et me voilà maintenant, à l'heure du rendez-vous près du chapiteau"


Le poème était loin d'être parfait et de suivre toutes les règles de l'art. Certes il ne comportait ni pied ni véritable vers, les rimes n'intervenaient qu'aléatoirement, mais pour une improvisation i serait peut-être assez injuste de juger le tout sévèrement. Bien qu'on eût pu avoir l'impression que Kiyumi s'égarait dans ses dires, elle avait toujours en tête son objectif : se faire connaître. Elle espérait qu'une fois les présentations faites, elles s'en iraient bien vite... Et mieux valait pour les clowns qu'ils ne croisent pas leurs chemins car il n'était pas certain que Kiyumi parvinsse à se tenir tranquille après la petite frayeur de tout à l'heure.
avatar
Kiyumi Tsukimura
Admin

Messages : 425
Date d'inscription : 10/09/2011
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://academieseiko.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Mizuki Asano le Dim 26 Aoû - 10:50

Après ses quelques vers n'entrant pas du tout dans les règles de l'art de la poésie, Mizuki regarda longtemps autour d'elle. Perchée dans un arbre, quelques feuillages maladroits empêchaient la fillette de jouir d'une vu agréable et large. Ses grandes yeux couleur de caramel soutenu et doux comme le miel bien que vif, effet produit par des lentilles de contact, se posèrent rapidement sur son ami de Montréal. Le clown semblait essayé de briser avec une jolie jeune fille à la chevelure complexe par les couleur qu'elle présentait. Elle était ravissante de dos et quand elle se retourna ce ne fut qu'une affirmation aux pensés de Mizuki. Elle avait carrément du style, il faut le dire ! Aaaah elle avait peut-être tapé dans l'oeil de bon vieux clown, ça n'aurait pas été très étonnant. Comme perdue et affolée, elle arriva au pied de l'arbre et aperçu avec une oeillade timide et mal à l'aise Mizuki. Sachant qu'elle pouvait être très effrayante quand elle le voulait, l'anglaise se tut pour la laisser parler à son rythme. Quand elle vut la ravissante demoiselle, elle la reconnut entre milles : Kiyumi Tsukimura. Habituée des Fashion Week, Mizuki avait aimé l'audace dont avait fait preuve Kiyumi quand elle était tombée et avait pris une pose très artistique comme si le fait que ses jambes se dérobèrent sous elle était totalement prévue. Les défilés de Milan de Mizuki avait retenu pour l'essentiel cette petite étoile montante. Avec douceur elle vint s'adosser contre l'arbre et avec les étonnements de Mizuki, prit son exemple et commença un autre poème improvisé et un peu hasardeux.


"Par deux fois je fis faux-bond à une de mes connaissances,
Il arriva qu'elle se nomma du nom d'Ayamé Soma.
Pour la première je me rattrapai,
Me promenant avec elle dans un marché
Après l'avoir rencontrée par l'intervention d'un petit chat noir.
Je pourrais préciser d'avantage les circonstances de la rencontre,

La promenade dura quelque peu,
L'une d'entre elles manqua de payer très cher pour une histoire de pot cassé.
Elle fut secouru in extremis par la seconde.
La première proposa quelques rafraîchissements à la seconde
Dans un lieu pouvant être malfamé.
La seconde refusa et prit pour ainsi dire la poudre d'escampette
Tout en promettant à celle resta encore une fois en arrière de la rappeler,
Quittes à faire le tour de l'annuaire.

C'est ainsi que je fis un mauvais numéro,
Et me voilà maintenant, à l'heure du rendez-vous près du chapiteau"


L'acrobate eut un rire très discret et à peu audible, très léger et crystaliln. L'autre était vraiment tendue bien qu'elle eut mis beaucoup de son âme à dire son poème. Les suppositions qu'elle était l'amie d'Ayamé étaient très bien fondés donc. Roulant de ses yeux couleur ambre, Mizuki soupira. L'heure des présentations bousculait le déroulement normal du temps et Mizuki comprit vite qu'elle devait apparaître au grand jour. Attachant ses bras avec fermeté contre la branche principale de son perchoir, elle se laissa petit à petit comme tomber ayant comme seule appuie, ses bras contre le bois du châtaigner. Elle prit de l'élan afin de s'enrouler autour, puis lâcha ses bras dans l'air. Un sentiment de liberté pénétra la jeune fille, et les élastiques retenant ses cheveux en tresses maladroites, lâchèrent d'un coup. Impossible cependant de les rattraper, ils voletaient comme cerf-volant en temps de plein vent... Les cheveux derrière elle, elle atterrit avec élégance sur le sol bien que de dos à la top modèle. Un genoux au sol et pied en garde, l'autre relevé, son dos était courbé pour le bien de ne pas se faire mal. Le vent rejetant ses cheveux en arrière, la jolie en fit de même avec sa tête et se releva avec assurance et bien droite. Elle fit face à Kiyumi et admirant de ses yeux vif sa beauté. Elle lui fit une courte révérence, tenant entre ses petits doigts les pans de sa jupe rosé, puis elle finit par relever la tête sourire aux lèvres. Ce n'était qu'un simple sourire mais c'était un sourire chaleureux et sincère qui apporte la sympathie, couvert de ses dents blanches signés Colgate (en fait, elle n'aime pas cette marque de dentifrice...). Elle ne tarda plus à prendre la parole, d'une voix dynamique et encourageante en essayant de mettre à l'aise Kiyumi. Mais elle ne voulait pas qu'elle sache qu'elle la connaissait déjà même de vu, ça fait quand même vachement peur d'être appelé par son prénom par une personne qu'on ne connait pas.


"Bonjour moi c'est Mizuki Asano ! Nous avions rendez-vous je crois ? Et bien j'ai choisi le cirque peut-être égoïstement parce que j'adore ça ! Tu as fait connaissance de ce bon vieil imbécile de Trafalgar, n'est pas peur de lui, il fait souvent des blagues qui ne font rire que lui mais dans le fond, il est vraiment gentil !"

Se rapprochant d'elle d'un pas chancelant, elle lui donna toujours ce sourire gentil et rassurant. une petite abeille vint essayer de piquer le bout de la peau blanche du bras de Mizuki. Bondissant si ses pieds, elle l'a chassa tel un chat qui hérisse ses poils. Elle rigola par la suite, de façon à essayer qu'il soit communicatif. Effet pitoyable s'il en est. Encore plus hilare, elle prit un bon fou rire d'une bonne minute pour s'arrêter d'un coup. Ca trahissait tout de suite la personne qui avait quelques problèmes de sauts d'humeur. Mais elle n'était pas lunatique, tant que Alice n'arrivait pas, elle ne le serait pas. Mizuki ne tenait pas en place... L'image qu'il y est un chapiteau derrière elle et qu'elle n'eut pas encore couru sur le fil des funambules aussi bien que plonger dans le bac à chapeau melon destinés au jonglage de chapeau devenait de plus en plus insoutenable !


"... Donc je pensais que par premier lieu, une petite initiation aux arts du cirque avec un ancienne circasienne de troupe serait agréable. Prêtes pour te lancer dans cette aventure avec moi ?"


_________________
Et toi, Invité, veux-tu jouer avec moi ?
Mizuki, c'est la plus délurée des admins =D !


avatar
Mizuki Asano
J'aime faire du cirque et faire le cirque !

Messages : 242
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 17
Localisation : En boule dans son lit, en train de baver sur son oreiller

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Kiyumi Tsukimura le Jeu 30 Aoû - 17:54



~

~




__Une secousse au niveau du feuillage de l'arbre, un rire si léger qu'il fut emporté rapidement par le vent, un bond, une silhouette dos au mannequin, une secousse dans le cœur de celui-ci. Décidément il était bien partie pour que la jeune fille fût émotionnellement bien remuée. L'anonyme à la chevelure à la teinte aussi inaccoutumée que les mèches de la top model certains jours se retourna. En se retournant, Kiyumi perçut un léger parfum, qu'était-ce donc ? Une senteur dont elle peinait à retrouver le nom... Elle n'était pas purement chimique mais il était certain qu'aucun être humain puisse naturellement exhaler pareille fragrance. Une arôme... De fruit. Peu commune néanmoins puisqu'il ne s'agissait pas des odeurs fruitées classiques telles que celles de la pomme, de la fraise ou abricot. N'étant pas dotée d'un odorat développé, la jeune artiste abandonna. L'étrange adolescente se tenait à présent face à elle. Son regard vif avait la couleur du caramel anglais, le coloris de l'English toffee. Il semblait être la fenêtre d'un esprit pétillant et plausiblement endiablé. La petite était très mignonne, bien plus que Kiyumi. Elle avait l'air aussi bien plus dégourdie. On pouvait clairement comprendre qu'à l'inverse de Kiyumi, le cirque et le contact humain étaient ses éléments. Celle-ci se serait d'ailleurs recroquevillée sur elle-même si elle en avait eu l’opportunité. Encore et toujours sa fâcheuse habitude de se comparer aux autres, et bizarrement toujours exclusivement sur des terrains où elle était plus faible. La jeune fille aux cheveux verts lui fit une très élégante révérence qui ne manqua pas de laisser Kiyumi admirative de ses manières. Elle s'était toujours montrée assez zélatrice des personnes capables de se comporter de manière aristocratique. Mais la majorité de ces personnes étant bêcheuse et minaudière, elle n'avait jamais aimé rester longtemps avec ces personnages. Par chance, la circassienne lui offrit un joli présent, un sourire sincère, brillant (comme les dents de cette dernière), destinée à réconforter Kiyumi. Peu après, elle ouvrit la bouche et d'une voix étonnamment féminine, elle énonça :


"Bonjour moi c'est Mizuki Asano ! Nous avions rendez-vous je crois ? Et bien j'ai choisi le cirque peut-être égoïstement parce que j'adore ça ! Tu as fait connaissance de ce bon vieil imbécile de Trafalgar, n'est pas peur de lui, il fait souvent des blagues qui ne font rire que lui mais dans le fond, il est vraiment gentil !"


Quelque chose dans sa façon de parler laissait penser que cette jeune acrobate était bavarde. Etait-ce l'attitude qu'elle avait prise juste avant que sa voix ne sorte, ou encore la présentation improvisée qu'elle avait faite du clown qui donnait cette impression ? Si ce ne fut pas le cas, on pouvait en revanche être sûr qu'elle souhaitait réconforter Kiyumi. C'était très gentil de sa part. Utile également ! La pauvre mannequin, pourtant familier au monde des paillettes se sentait un peu comme un éléphant dans un jeu de quilles. Que venaient faire des quilles sous un chapiteau de cirque, cela elle ne le savait pas, mais la jeune fille aux cheveux verts pourraient peut-être vous le dire... Un autre sourire. Elle avait l'air gentille. Une abeille vient à tenter sa chance avec son bras, elle se prit un râteau. Dans son rejet, les cheveux s'hérissaient littéralement sur sa tête, ce qui n'était pas une mince à faire car ils étaient longs...


"... Donc je pensais que par premier lieu, une petite initiation aux arts du cirque avec un ancienne circassienne de troupe serait agréable. Prêtes pour te lancer dans cette aventure avec moi ?"


Kiyumi ne fut pas certaine de comprendre. Circassienne n'était pas un mot faisant partie de son vocabulaire. Mais si la proposition était d'apprendre quelques tours de passe-passes en tout genre, elle en était très tentée. L'enthousiasme monta en elle comme un feu d'artifice qui illuminait à présent son joli visage. Elle ne s'y attendait pas vraiment. Elle qui pensait que le cirque n'allait être qu'un point de rendez-vous parmi tant d'autres, voilà qu'on lui proposait non seulement d'en découvrir l'univers, mais aussi une initiation à certaines pratiques ! Un sourire franc se dessina sur ses lèvres. Elle ne savait que dire, quoi faire. Elle en était si émue qu'elle ne put sortir aucun son de sa gorge. Elle se contenta d’acquiescer en abaissant respectueusement la tête puis en la relevant. Elle souriait toujours autant, telle une enfant en attente d'une friandise. Bien qu'il n'y eut techniquement aucune réponse de sa part, il aurait fallu être idiot pour ne pas comprendre sa réponse. Certaines choses peuvent s'entendre avec les yeux...


avatar
Kiyumi Tsukimura
Admin

Messages : 425
Date d'inscription : 10/09/2011
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://academieseiko.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Mizuki Asano le Sam 3 Nov - 15:22

Il y a nombre de mot dans la langue française qui permet de s'exprimer, tant qu'on les a réuni dans un même livre : le dictionnaire. A l'époque des Lumières on a eu cette idée que de les rassemblés afin de pouvoir faire circuler le savoir des mots de ville en ville. Mais hors de ces mots qui forment nos phrases, il y a d'autre langage possible. Le langage corporel nous permet de s'exprimer sans avoir recours à notre voix, aussi bien qu'on peut communiquer en pratiquant les arts ou même les sports. Ainsi le sourire qui se dessinait sur le visage de la jolie jeune fille venait tuer tous les travaux de nos philosophes. Diderot en aurait été déçu mais Mizuki en fut ravi. Car pour les circassiens, les mots ne sont qu'ornement et les sourires sont récompenses. Mizuki avait été récompensé et elle comptait bien encore l'épater. Un silence régnait, mais pas un silence pesant, un silence qui rassure, qui fait se sentir à l'aise... Le silence n'existant pas, dut moins avec l'homme et l'espace, Mizuki sentait son coeur tout chamboulé à l'idée de remettre les pieds dans ce qui avait été pendant toute sa petite enfance, son échappatoire. Aussi ravie que nerveuse, elle tenta de se calmer en respirant à fond quelques fois. Mais en voulant trop respirée, la mignonne perdit un peu trop d'air ce qui la fit inhalée. Comme quoi Mizuki Asano pourrait se noyer dans une goutte d'eau... Puis jetant un regard curieux à Kiyumi sentit que le moment où la patience de sa partenaire allait s'effilée approchait avec grands pas. Elle se positionna derrière elle la poussa tout doucement à l'avant pour la faire avancer. Mizuki ne le fit que quelques secondes, juste le temps que les pieds de Kiyumi se mettent en mouvement. Un sourire satisfait et malicieux aux lèvres, elle-même laissa ses pieds la guider dans une gracieuse danse. Sa démarche était très particulière, elle se laissait tournoyé, sautillé et courir dans le même laps de temps. C'était très frais et très naturel et plutôt joli à voir, enfin si elle s'était vue, c'est ce qu'elle aurait dit. Le chemin n'était pas long et si tôt avaient-elles commencé à marcher, si tôt étaient-elles arrivées. Elle attrapa son sac à dos et ouvrit la première poche en prenant soin de ne pas le pencher vers l'inconnue. Elle avait quelques surprises pour la suite de la journée et ne voulait en aucun cas les dévoiler trop facilement. Puis elle fouilla à l'aveuglette dedans cherchant la paire de clés pour ouvrir le petit portique ancien qui renfermait le chapiteau. Mizuki avait tout prévu et ce ne fut que grande veine qu'elle soit tombée sur Mister Clown pour qu'elle lui demande les clés. Elle avait été perturbé sur le fait de la façon d'on elle aurait été vu si elle avait proposé à Kiyumi de distraire le lion pour qu'elle puisse chiper les clés. La clef tourna très bien et le chapiteau se dévoila aux yeux habitués du petit monstre. C'était toujours la même chose, cet épanouissement qu'était de retrouver ses lieux. Ce désir si soudain de vouloir toucher à tout et monter partout. Playground Circus aurait bien rigolé à la vu de leur meilleure trapéziste au visage ébahie devant tant de généralité. Mais Mizuki n'aurait pas été gêné. Elle était fière que sa passion ne s'épuise pas, c'était sa vie, et elle ne l'avait pas perdu. Elle posa son sac non loin de l'entrée et en sortit deux paires de ballerines. Elle prit sa paire habituelle la gris foncé et donna la noir à Kiyumi. Elle avait l'habitude de cette paire car celle-ci ne recouvrer que la pointe et le talon qui était relié par un élastique. L'autre attraper tout le pied et était plus souple et mieux pour les débutant. Bien que dans le sens esthétique c'était moins beau, pendant la pratique celle de Mizuki font plus mal que les autres. Tirant la corde lisse la plus épaisse et un tapis fin, elle s'apprêta à lui expliquer l'échauffement.

"Voici ce qu'on appelle dans le jargon du cirque une corde lisse. Il est certain que tu en as déjà vu et que tu aimerais tester les choses plus impressionnantes comme le trapèze ou le funambule c'est normal. De toute façon je te laisserais essayer tout ce que tu souhaites et te conseillerait après l'échauffement. Mais avant, quelques souplesses et des acrobaties pour détendre ton bas dos t'aideront à ne pas te froisser une cheville et à ne pas tétaniser tes avant-bras. "

L'aspect enfantin de sa voix avait fané, elle était très sérieuse. Passée en mode professeur, elle tentait de devenir le stéréotype de ce qu'elle qualifiait de bon professeur : pas barbant, rassurant, encourageant, mais stricte. Enroulant la corde dans le dos de Kiyumi, elle reprit son « cours ».


"Maintenant, je vais te demander de basculer tes jambes au-dessus de ta tête en formant un pont. Au moindre moment où tu lâcheras, je te retiendrais. Même si tu es raide, tu peux faire des choses et c'est en persévérant que tu y arriveras. Bref. Je veux d'abord que tu fasses un pont, puis une série de roulade et une roue. Tu es littéralement enroulée par la taille par cette corde, donc tu ne risques rien. Maintenant vas-y !"


_________________
Et toi, Invité, veux-tu jouer avec moi ?
Mizuki, c'est la plus délurée des admins =D !


avatar
Mizuki Asano
J'aime faire du cirque et faire le cirque !

Messages : 242
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 17
Localisation : En boule dans son lit, en train de baver sur son oreiller

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Kiyumi Tsukimura le Mer 10 Juil - 16:42

 ❁ ~

 
~ ❁






A la grande différence du top model, la jeune fille à la chevelure verdoyante était une habituée des lieux. Il suffisait de la voir gesticuler pour s’en rendre compte… Ses attitudes clownesques, la légèreté de ses pas… On la devinait facilement acrobate. Toute étonnée, Kiyumi ne savait que faire. Cette fille était assez énergique, mais le mannequin ne la trouvait pas très impressionnante pour autant. Une bonne chose car Kiyumi avait vite fait de se braquer à la moindre gêne.

Comme elle s’y attendait, la fille révéla son appartenance à la troupe en sortant de son sac à dos des clés ouvrant la grille du chapiteau. Un moment qui passa comme de rien, bien que ce fut le premier pas vers une première aventure… Il faisait plutôt chaud sous le pavillon, un simple phénomène physique que Kiyumi se réjouissait de pouvoir expliquer. Les sciences de toutes sortes étaient les seuls cours où Kiyumi pouvait se venter d’être naturellement douée. Pour le reste, elle devait travailler, et très dur pour arriver à avoir une bonne moyenne générale malgré ses mauvaises notes en orthographe. Il y avait bien les matières dans le domaine artistique où elle se défendait, mais elle se tâtait encore pour savoir laquelle elle préférait.

L’autre jeune fille tendit une paire de ballerines à Kiyumi qui s’empressa de les mettre aussitôt. Elle ne savait pas vraiment pourquoi les siennes étaient différentes mais quelle importance. Et puis, elle avait toujours l’option de demander si cela venait à vraiment la tracasser. L’inconnue aux cheveux verts se mit à parler avec des termes très techniques. Dans l’incapacité de prendre des notes, Kiyumi espéra pouvoir se souvenir un maximum des informations données par son auto-proclammée professeur. Le top model savait ce qu’était un funambule mais ignorait la signification du mot trapèze (il n’était clairement pas question de ceux qu’on voyait en cours de mathématiques !). L’artiste ne comprit pas ce que son interlocutrice lui demandait. Cela ressemblait à une position de l’on prendrait contre son gré au cours d’une partie de Twister plutôt qu’à un exercice d’échauffement…

Quand le mot « pont » se fit entendre, tout s’éclaircit. Par chance, Kiyumi savait faire tout ce que l’instructrice en herbe lui demandait. Elle espérait simplement que l’on ne lui en demanderait pas beaucoup plus, car son niveau de compétence en sport laissait plus qu’à désirer…

Se savant pas « tomber » en pont, Kiyumi s’allongea sur un matelas trainant par là et fit un pont. Elle se surprise à tenir très longtemps et à bien le faire. Entraînée par l’ivresse de l’enthousiasme, elle se mit à faire une roue, qu’elle rata à moitié car elle effectua une trajectoire courbée et non droite, puis se mit à faire une série de roulades jusqu’à s’en rendre malade. Lorsqu’elle s’arrêta, elle prit sa tête entre ses mains et souhaita de tout cœur que tout s’arrêta de tanguer.
avatar
Kiyumi Tsukimura
Admin

Messages : 425
Date d'inscription : 10/09/2011
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://academieseiko.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Mizuki Asano le Ven 2 Aoû - 14:03

Un profond sourire ne voulait pas se retirait des lèvres du kiwi transgénique, et pour cause, Mizuki avait trouvé une personne presque aussi enjouée qu’elle à l’idée de faire du cirque ! Elle sentait la jeune fille, enthousiaste et elle ne se débrouillait pas trop mal même si on voyait qu’elle n’était pas une grande sportive. On avait toujours dit à Mizuki que le plus important était dans l’état d’esprit. Même si tu avais raté ton numéro, tu te devais toujours de sourire, au moins pour remercier le public de s’être déplacer pour te voir. Ça faisait plus ou moins parti de la formation qu’elle avait reçu en entrant dans sa troupe de cirque et avec l’âge elle réalisait toujours un peu plus la sagesse de ses paroles, que certains feraient mieux d’appliquer…

Suite au top modèle, l’adolescente s’élança à son tour aux exercices auxquelles elle avait soumit Kiyumi. Pourquoi ne les ferait-elle pas aussi, tandis que son invitée avait fait l’effort de les appliquer ? Le fait qu’elle soit plus expérimentée ou non ne changer pas de toute façon au fait qu’elle avait aussi besoin de s’échauffer avant chaque entraînement. Mais avoir de la bouteille donnait également des avantages, heureusement dans un sens ! S’auto-enroulant dans la corde souple avec savoir et rapidité, elle se laissa tomber d’une lenteur déconcertante mais aussi et surtout plus assoupissante. Elle forma un pont en prenant bien soin de lever le ventre, comme l’avait très bien exécuté Kiyumi. Mizuki effectua des roues avec une main, deux mains, de toutes sortes, lentes ou rapides. Encore qu’elle n’était pas exempter d’échauffement, cette partie-ci, elle aurait bien aimé la sauter, car elle en avait mangé des roues, ça je peux vous l’assurer ! Continue toute en souplesse le travail commencé, la circassienne opta pour faire des équilibres-roulades, un peu plus dur mais équivalent plus à son niveau. Elle fut alors déçu de remarqué qu’elle avait beaucoup perdu de la légèreté de ses jambes et de maîtrise de son corps. Même si c’était une triste nouvelle, la jeune fille s’était préparée à cette désillusion. On ne pouvait pas arrêter le cirque pendant si longtemps et repartir sans encombre ensuite.

Tout ce qu’elle faisait, jusqu’à la moindre petite souplesse la faisait se sentir immensément vivante. Ressentir son corps, ses sens dans une telle harmonie lui procurée un plaisir inouï. Elle le savait mieux que quiconque, que quand on faisait quelque chose qu’on maîtrisait à la perfection, avec l’harmonie, la forme et la couleur, il se passait toujours quelque chose d’inexplicable. Elle était comblée. Elle retrouvait chaque particule des émotions qu’elle aurait pu ressentir quand elle était plus jeune, en vadrouille avec sa troupe. C’était une passion, même plus forte que la pâtisserie et la couture, le cirque, c’était son domaine. Un regard comblé et nostalgique, elle mit un peu de temps mais leva les yeux vers Kiyumi, une lueur d’amusement dans les yeux, heureuse. Il était tant de passer à la suite.

"Tu t’en es très bien sortie pour une débutante ! D’ailleurs, tu es plus forte et plus habile avec tes pieds, je me trompe ? Tu peux essayer tout ce que tu veux mais je pense que tu arriverais à faire plus de choses si tu faisais du funambule, du tissu, des échasses, ou du ballon !  "

Elle faillit ajouter du monocycle mais ce curieux petit vélo stylisé devait être pratiqué avec une autre discipline circassienne, en général avec du jonglage. Mais le but premier de cette sortie été un atelier découverte, l’encombrer d’une leçon sur « comment faire du monocycle ? » doublé de « comment jongler ? » n’était pas utile et elle passerait toute la journée à ça.

Après avoir montré à la jeune fille toutes les installations une par une et après avoir répéter une bonne dizaine de fois de l’appeler en cas de problème, de manque d’explication ou encore d’une présence, Mizuki fit un tour sur elle-même pour choisir ce qu’elle, elle ferait. L’idée de faire du tissu n’était pas déplaisante, ça avait toujours été un art que la petite avait délaissé mais qui l’avait toujours impressionné à la vue des démonstrations nombreuses de Maïté, leur spécialiste du domaine. Le trapèze l’attirait toujours autant, c’est une alchimie qui ne se termine jamais mais le cerceau, haut et d’une forme apaisante l’emporta. Ajustant ses ballerines, Mizuki commença à grimper à la corde souple d’à côté, avec une envie avide, de faire de la haute voltige…

_________________
Et toi, Invité, veux-tu jouer avec moi ?
Mizuki, c'est la plus délurée des admins =D !


avatar
Mizuki Asano
J'aime faire du cirque et faire le cirque !

Messages : 242
Date d'inscription : 17/09/2011
Age : 17
Localisation : En boule dans son lit, en train de baver sur son oreiller

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Kiyumi Tsukimura le Sam 24 Mai - 21:41

 ❁ ~

 
~ ❁






On reconnaissait d'emblée une experte en matière d'acrobatie. En un clin d'oeil, la demoiselle à la chevelure verte réussit à analyser la "performance" de Kiyumi... A quelques petites choses près... Kiyumi Tsukimura, dans son milieu professionnel, aurait été à des années lumières de se voir être qualifiée de "habile avec ses pieds". Il était pourtant certain qu'elle avait de la force dans ses gambettes qui contrairement à la plupart de ses collègues étaient loin de ressembler à des allumettes. L'apprentie artiste s'était toujours distinguée des autres, qu'il fût question de son physique, de sa mentalité et par sa légendaire maladresse. Cette dernière pourrait servir de running gag pour les quinze années à venir ! Toute personne présente lors de l'un de ses défilés s'en rendait compte. Certains en riaient, d'autres en tremblaient, d'autres encore marmonnaient quelques incantations obscures pour qu'elle finît par s'effondrer. C'était devenu l'un des sujets les plus divertissants pour les gens de la régie. Ils prenaient les paris "tombera, tombera pas" et allaient même jusqu'à compter les faux pas. Il n'y avait pas à dire, c'était très sympa là haut ! Et bien que rancunière de nature, Kiyumi ne pouvait leur en vouloir, après tout, chacun de ses passages à elle demandait plus d'attention : il fallait suivre ses accélérations, ses micro-arrêts, penser à installer un prompteur affichant tantôt "continue, tu peux le faire" tantôt "STOP NOW", pour qu'elle n'eut pas marcher dans le vide avant de tomber comme tout personnage de dessins animés.

La maladroite n'avait pas idée de ce qu'était les diverses activités pré-selectionnées par l'espèce de petit singe vert lui servant de guide. Enfin, c'était aussi qu'elle ne s'imaginait pas vraiment faire la pitre sur un fil ou à plus de 15 cm du sol avec des échasses. Les autres jeux appelés "Le tissu" et "le ballon" était pour le mannequin totalement obscure. Elle excluait directement le ballon, instrument tant redouter lors des cours de sport. Elle avait un don pour l'éviter, non pas qu'elle en eut peur, simplement parce qu'elle n'était pas assez douée et coordonnées pour frapper dedans. Sans parler du fait que les rares fois où son positionnement pour le réceptionner étaient convenables, elle ne manquait pas de le recevoir en pleine face... Qu'elle perdait à chaque occasion qu'il lui était offerte de pratiquer un sport collectif.



"Je veux bien essayer de faire la funambule."

avatar
Kiyumi Tsukimura
Admin

Messages : 425
Date d'inscription : 10/09/2011
Age : 25

Voir le profil de l'utilisateur http://academieseiko.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les différences s'attirent et semblent s'apprécier [Privé Kiyu]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum