Un moment de détente... ou presque [Libre]

Aller en bas

Un moment de détente... ou presque [Libre]

Message  Akemi Hanasaki le Jeu 15 Mar - 19:44

Aki ouvrit un œil. Il était 10 heures. C’est ce que le cadran avec ses iodes bleus fluorescents indiquait. Il se retourna dans son lit en grommelant, enfoui sa tête sous les couvertures chaudes. À la revoyure, le cours de mathématiques. De toute manière, dans une demi-heure le cours serait déjà terminé. Ça ne valait pas la peine d’y aller. Le rouquin paressait au lit une bonne quinzaine de minutes avant de se lever sur son séant. En plus, il était seul dans la chambre. Une petite dose de rien du tout serait la bienvenue. Il ouvrit sa commode de nuit, sortit une seringue, y glissa à peine 5 mm de sa dernière dose d’héroïne disponible. Après, il arrêterait pour de bon. Avec précision, il se piqua. L'aiguille le démangeait un peu, mais il ne sera pas malade. Il la retira, l’enveloppa dans un mouchoir avant de la jeter dans la corbeille. Non, simplement bien euphorique pour quelques heures. Il se sentit un peu léger sous la dose. Flotter, il trouverait même la journée magnifique. Nann. Pas avec ce cours au programme. Lentement, l’étudiant revêtit un t-shirt noir à motif d’aigle bleui et son éternelle paire de jeans bleu foncé. Son casque et son mp3 en poche, il décidait sans reculer de foxer son cours. Après tout, les maths c’était pour les ultras calés et les scientifiques. Ce qu’il n’était pas évidemment. Ce qu'il ne sera jamais de toute manière. Il mit le son de son mp3 à fond, se foutant des regards qu’on lui jetait lorsqu'il marchait dans les couloirs.. Il flottait entre un monde de réalité, de lumière, avec un sourire si pur qu’il en était traumatisant.

I’m going crazy
I should believes you
I cannot even screams...
Shake me !
Looking for you
A path to my grave.
This is so much harder than it seems.
No one notices it.
If if find you, i’m damned !
I’m going crazy.
Even you…

Deux chansons mélangés en une. Comme il adorait faire, mixer des sons, des voix. C’était le même groupe… quelque chose comme Drogues. Il éclatait de rire, drugs en sourdine. Oui, parce que ça le faisait rire, ce jeu de mots. Il venait de consommer sa dernière dose. Il est était même aussi fier qu’un paon. Le carrelage froid sous ses pieds ne lui faisait plus peur, ni ces regards trop insistants, il les envoyait balader avec des sourires en coin moqueurs. Toujours avancer vers l’avant. Se détacher de l’ordinaire. Inventer rien, ne disait aucun mot. Il n’en avait pas besoin, sa chanson disait tout ce qu’il voulait parler. Un sourire roi, un sourire enfantin. Sourire comme un con trop assuré. Pour se cacher, comme il savait faire si souvent avec sa copine en poudre. Les lueurs des néons éclairaient son chemin et il les trouvait très nices, captivants. Il aurait même voulu faire des conneries, pour se décoincer. Mais, il avait déjà son lieu pour son méfait : l’infirmerie. Il prétendrait une trop grande migraine. On le laisserait tranquille pour un moment. Ça serait aussi simple que cela. Il était arrivé devant l’office, il cogna sans avoir de réponse… Super. Le rouquin réalisa qu’en la frappant, elle s’était entrouverte de quelques centimètres. Un oubli surement, il regardait de tous les bords. En s’assurant que personne ne le remarquait, il la poussa et s’engouffra à l’intérieur. La refermant du mieux comme elle était avant son intrusion. L’odeur d’antibiotiques lui fit tourner la tête, le parquet craquait énormément sous ses pas feutrés. Il tendit l’oreille et ne perçut que les battements et sa respiration. La lumière du soleil trop éblouissante entre les murs blancs immaculés, illuminaient même le plancher vernis. Poli comme un miroir. L’étudiant arrêta sa musique, descendit ses écouteurs, vérifiait les lits disponibles. Il se coucha sur l’un deux en entendant un bruit de pas, sans se cacher sous les couvertures. Il ferma rapidement les yeux. Se fiant à ses sens… Il devait improviser pour ne pas avoir un billet de retenue. Même s'il le roux n'avait jamais été très bon comédien, il espérait tromper la personne qui entrait dans le cabinet.
avatar
Akemi Hanasaki

Messages : 49
Date d'inscription : 07/01/2012
Localisation : Laissez-moi dans mon paradis troublé.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum